Remèdes naturels - Chirurgie mini invasive

Posted on

L’hallux valgus (ou oignon de pied) peut être responsable d’une gêne pour le chaussage.

Cette technique chirurgicale dite « mini-invasive » a vocation à être beaucoup moins agressive que les techniques classiques. L’opération hallux valgus par voie mini-invasive se déroule par le biais d’une incision cutanée réalisée sur le bord du pied, à la base du gros orteil. Cette complication reste exceptionnelle dans le cadre de la chirurgie percutanée car le patient remarche le jour même. Dans la plupart des cas, le chirurgien détectera cette forme de pied avant l’intervention pour anticiper ce transfert de charge sur le 2è orteil. Au final, ce sont les techniques comprenant des ostéotomies qui apportent les meilleurs résultats en terme de correction et de fiabilité dans le temps. L’algodystrophie : Ce syndrome entraînant douleurs, raideur et décalcification peut se voir dans toute chirurgie de l’avant pied. En cas de déformation douloureuse de l’avant pied il ne faut donc plus attendre pour avoir recours à la chirurgie. Il existe de nombreuses techniques utilisées selon le morphotype de pied et la gravité de la déformation du gros orteil et des petits orteils. Les techniques d’aujourd’hui sont au point, et ont un recul suffisant pour garantir un bon résultat à long terme dans la grande majorité des cas.

Chirurgie mini invasive et percutanée de l’avant pied : information chirurgicale générale.

  • Angle HV ≤ 30 °
  • Angle 1-2 intermétatarsien ≤ 13 °

Les nouvelles chirurgies, qui se différencient de l’opération chirurgicale classique à ciel ouvert, c’est-à-dire avec un champ opératoire étendu, ne sont pas des techniques aisées à réaliser.

Mais il faut également souligner que les gestes sont parfois très différents de ceux réalisés dans la chirurgie académique. Pour le pied ou la cheville, les choses sont moins définies, plusieurs types de chirurgies sont possibles, chirurgie classique ou percutanée. Cette chirurgie peut être réalisée : C’est évidemment une réduction importante des coûts, puisqu’elle évite une hospitalisation. On appelle mini-invasif les procédés chirurgicaux qui permettent de réaliser une incision minime, tout en appliquant parfois des techniques utilisées en chirurgie classique. La chirurgie percutanée est applicable à toutes les maladies du pied comme : Les avantages peuvent être résumés en 5 points : Mieux que les Américains. « C’est une déformation osseuse au niveau du gros orteil qui peut entraîner une déformation de l’avant pied », explique le Dr Mohammed Rtaimate, chirurgien. La chirurgie mini invasive est le fruit de l’évolution des techniques chirurgicales de l’avant-pied depuis 20 à 30 ans. Bien que d’allure moderne, celle-ci conserve des inconvénients qui ont amené au développement d’un compromis : la chirurgie mini invasive. La chirurgie mini-invasive consiste à réaliser les mêmes corrections que la chirurgie classique mais avec des incisions beaucoup plus petites, de 2 à 3 cm.

Chirurgie mini invasive

  • La chirurgie classique (réaxation des os, ostéotomie avec des gestes d’allongement ou de sections) ;
  • La chirurgie mini-invasive ou per-cutanée.

La place s’ouvre alors de façon naturelle pour une chirurgie mixte, mini invasive et percutanée remplaçant la chirurgie classique.

Chirurgie mini invasive sur le 1er métatarsien, avec une ostéotomie en chevron. Sur la radio, on voit une fracture de fatigue de la base du 5ème métatarsien, probablement parcequ’il se tient sur le bord externe du pied pour soulager le gros orteil. Des renseignements techniques complémentaires pourront être trouvés dans le livre suivant: “Pathologie du pied et de la cheville”, dirigé par Th. Arrivé à un certain stade, une seule solution pour soulager la douleur et rentrer à nouveau dans ses escarpins : la chirurgie. L’association est donc obligatoire avec la chirurgie classique à ciel ouvert dans des indications très fréquentes comme la correction du métatarsus varus. Il semble logique de faire évoluer la chirurgie classique à ciel ouvert en réduisant la taille des cicatrices, l’agressivité des gestes, pour améliorer les suites opératoires. Dans ces conditions il est vraisemblable que la place se fasse  pour une chirurgie mixte mini-invasive. La chirurgie orthopédique évolue et particulièrement dans le domaine de la chirurgie du pied. La chirurgie percutanée Cette chirurgie est arrivée en France plus récemment, et son caractère sans cicatrice lui donne un aspect magique que certains n’hésitent pas à exploiter.

Présentation : La chirurgie mini invasive de l’hallux valgus

  • La tolérance de la douleur
  • La tolérance au chaussage
  • La tolérance esthétique

Cependant l’opération consiste, comme dans la chirurgie à ciel ouvert, à pratiquer une fracture, qui demandera le même délai pour consolider.

La chirurgie percutanée a l’avantage d’être plus rapide et sans cicatrice. Douleur, gène, tracas pour se chausser, vous avez décidé de recourir à la chirurgie pour en finir avec l’hallux valgus, Doctissimo vous en parle. Les principes sont simples, les techniques plus variées. Il s’agit des techniques d’ostéotomies  de réaxation des os que l’on fait par des cicatrices classiques sur le bord interne et au dessus du pied. Cette technique est très utile, donnant des suites opératoires plus simples pour le patient, mais les complications sont possibles comme pour les techniques classiques. Il faut savoir également que cette chirurgie ne peut pas guérir tous les cas, que le chirurgien peut alors combiner pour le même pied les deux techniques. Moins invasive, elle permet au patient de s’appuyer sur son pied le soir même. Les nerfs qui entourent le gros orteil peuvent être irrités lors de la chirurgie. Ces récidives peuvent être précoces dans les 24 mois suivant la chirurgie ou tardives (au bout de plusieurs années)

Plus rarement une arthrose, voire une nécrose (infarctus de l’os) peut survenir dans l’année qui suit la chirurgie.

La chirurgie de l’avant-pied bénéficie en France depuis quelques années de techniques innovantes venues des Etats -Unis. Pour mieux appréhender les bénéfices pour le patient, nous avons interrogé le Dr Olivier Laffenetre, chirurgien orthopédiste, président du congrès en chirurgie mini-invasive du pied et de la cheville. Olivier Laffenetre : La chirurgie mini-invasive va de toute façon se développer, quelle que soit la discipline chirurgicale, au pied ou ailleurs, c’est dans l’ordre des choses. Olivier Laffenetre : Pour pratiquer la chirurgie mini-invasive, il faut au préalable être convaincu de son bien fondé, puis y être formé, puisque bien souvent elle est techniquement plus difficile. Ces techniques étaient sources de douleurs majeures qui expliquent la réputation de chirurgie douloureuse de l’avant-pied encore présente dans l’esprit des patients aujourd’hui. Depuis une quinzaine d’années, de nouvelles techniques se sont développées en particulier la chirurgie percutanée. Ces techniques doivent être quasi systématiques pour les gestes au niveau de la palette métatarsienne, pour la chirurgie du 5ème rayon et pour les gestes tendineux. En revanche pour la chirurgie du 1er rayon (Hallux Valgus), il est clairement démontré que les résultats sont plus stables avec moins de risque de récidive en cas d’ouverture cutanée. C’est pourquoi de nouvelles techniques mini invasives se sont développées limitant le décollement musculaire mais permettant une ostéosynthèse et un bon contrôle de la correction chirurgicale. Lors de la marche, le gros orteil peut ainsi bouger facilement et sans douleur pour s’adapter au terrain et à la chaussure. Cette déformation va entraîner votre gros orteil (hallux) vers l’extérieur (valgus) en direction du deuxième orteil. Les incisions peuvent être de quelques centimètres ou punctiformes car dépendent du type de techniques utilisées par votre chirurgien. Au contraire, les techniques « percutanées » utilisent plusieurs incisions millimétriques, permettant le passage d’instruments spécifiques qui sont guidés sous la peau par un contrôle radiographique. Les techniques « mini-invasives » sont un intermédiaire des 2 techniques précédentes, avec une incision de quelques centimètres. La prévention de cette complication peut se faire par la mise en place d’une anti coagulation en fonction de la chirurgie et de votre état de santé. L’articulation entre le pied et le gros orteil peut présenter une déformation plus ou moins importante, on parle alors d’hallux valgus (figure 2). Cette chirurgie mini-invasive est moins traumatisante pour le pied que la chirurgie ouverte classique. Il s’est servi notamment d’ instruments utilisés jusque là pour la chirurgie nasale ( rhinoplastie ) pour éliminer des exostoses du pied.